AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Suicide : droit à mourir ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Miss Lindemann
Administrateur Tout Puissant


Masculin
Nombre de messages : 3268
Age : 30
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Suicide : droit à mourir ?   Jeu 15 Juin - 21:31



Le suicide est l'acte délibéré d'en finir avec sa propre vie.
Pour considérer qu'on est en présence d’un suicide, la mort doit être l’intention de l’acte et non simplement une de ses conséquences. Un attentat-suicide, par exemple, sera considéré comme relevant plus d’une action terroriste que du suicide.

Si le suicide a des conséquences légales, il doit être généralement prouvé qu’il y a eu intention et mort pour que l’acte soit qualifié de suicide selon la loi.



Religion face au suicide

Il est considéré comme un péché dans beaucoup de religions et comme un crime selon certaines législations. La raison est la même dans les deux cas : on sanctionne une personne pour avoir voulu disposer de sa vie alors que cette dernière est censée appartenir à quelqu'un d’autre, Dieu ou souverain.

Le suicide est perçu assez différemment selon les cultures ; si dans les sociétés occidentales il a longtemps été considéré comme immoral et déshonorant, il est dans d'autres sociétés justement le moyen de recouvrer un honneur perdu.

En Asie, il existe des formes de suicide ritualisé comme les jauhâr et satî indiens. Le seppuku japonais quant à lui est un suicide vu comme une issue honorable face à certaines situations perçues comme trop honteuses ou sans espoir.




Mias pourquoi peut on en arriver à ce point là ? Je pose cette question ouverte bien queje sache moimême par expérience que la souffrance peut devenir tellement forte à un moment que l'on se sent totalement coupée de la vie "normale" qu'il faut "normalement" avoir pour se sentir soi disant bien ..




Je ne sais pas si vous vous êtes déjà trouvé dans ce cas là ... mais la conscience nous rapelle tout el temps cette petite voix qui nous dit que demain ça pourra peut être aller mieux.... cette petite voix héritée de al préhistoire qui est juste l'instinct de survie




Mais aussi le suicide outre le mal être peut être perçue comme un moyen de juste choisir sa mort




C'est pourquoi j'ouvre ce topic pour savoir tout d'abord ce que vous en pensez et aussi pour savoir si vous voudriez choisir si vous pouvez votre mort ou pas ? car après tout comme el dit un auteur dont je me rapelle plsu le nom la mort est le meilleur moment de la vie c'est pourquoi on el garde pour la fin !!!







Pour ma part en ce moment je susi plutôt fascinée par le metro je ne sais pas pourquoi franchement je en peux pas expliquer mais ça me fait vibrer et en ce moment faut mieux pas que je le prenne toute seule




Pour tous ceux qui trouvent ce topic déplacé :


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antinea-rammstein.oldiblog.com
Miss Lindemann
Administrateur Tout Puissant


Masculin
Nombre de messages : 3268
Age : 30
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Jeu 15 Juin - 21:39

Voici un poème de ma composition :

Etre éphémère
Lassé par le peu de temps qui lui reste
Veut en finir
Tous des damnés
Veut être le premier
A connaître la vérité
Il veut se el permettre
Tout pour a été crée
Il n’a qu’à choisir le moyen pour arriver à ses fins

Refrain :

Il attend
Il est patient
Ce n’est qu’un jeune garçon
Tout pour lui n’est qu’abandon
Il sourit pour la première fois
Il en est conscient


Malgré tout il veut laisser une trace
Pour que l’on ne oublie pas
Ça le rassure
Il sent qu’une part en lui
L’appelle à résister
A ses envies
Il veut tout arrêter
Tout recommencer
c‘est ça qu’il chercher
mais le comprend trop tard
le train est lancé
les rails engagés
impossible d’arrêter
tout sera éparpillé


Refrain

Il avait un nom
Il s’appelait Hervé
Il voulait juste qu’on le retienne
Qu’on l’aime


Refrain

De’ lui il en reste rien
Juste sa main
Qu’il aurait tant voulu qu’on lui tende …..

_________________


Dernière édition par le Jeu 15 Juin - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antinea-rammstein.oldiblog.com
Miss Lindemann
Administrateur Tout Puissant


Masculin
Nombre de messages : 3268
Age : 30
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Jeu 15 Juin - 21:49

Il ne faut pas bien sûr oublier el suicide par amour , on en voit pas le bout u tunnel quand on prend conscience que l'on s'est trompée la personne tant aimée ne vous aime pas autant que vous et vous rejette, on pense ne plsu jamais pouvoir vivre sans elle sans cet amour qui nous donnait justement cetet raison de vivre .....




autres poèmes :

Je m'endors
Coup du sort
Plus rien en va
Tout se détache de moi

Je m'endors
La mort m'attire
La vie n'est plsu bonne à vivre
Pourvue que la fin soit douce
Puisque cela coule d'eau de source

Je m'endors
Pour eviter les larmes les pleurs , les cris
Pour m'inventer une autre vie
Pour echapper à mes soucis
Jusqu'à l'infini
De mon sang, de ma chair, de mon esprit
Je survole les cachotteries
Je tue l'ennuie ....
Je m'enfuie .......



[img]Cette nuit ...

Cette nuit où j'ai mis fin à mon rêve
Cette nuit où tu m'as sali
Cette nuit où je n'ai pu plus dire je t'aime à quiconque
sans mentir
sans me détruire

Cette nuit où tu m'as tout pris
Cette nuit où je me suis fuis...
Cette nuit qui me poursuis
Cette nuit où tu as bien ri


[center]



Cette nuit ...

Cette nuit où j'ai mis fin à mon rêve
Cette nuit où tu m'as sali
Cette nuit où je n'ai pu plus dire je t'aime à quiconque
sans mentir
sans me détruire

Cette nuit où tu m'as tout pris
Cette nuit où je me suis fuis...
Cette nuit qui me poursuis
Cette nuit où tu as bien ri






Tout ces mots prononcés
Morceaux de vie éparpillés
Quelque chose de cassé
Amour brisé

J'ai mal
Mal à en crever
Tu m'as tué
Détruite, oubliée
Sans mot remplacée
Tu as joué et gagné

Refrain

Un cri dans mon être résonne
Je veux te massacrer
Te faire payer
Te montrer ce que tu m'as fait
Tous les jours y penser
Sans cesse recasser
Ne jamais oublier
Pluie de sang sur toi
Ô malediction soit mon allié
On ne récolte que ce que l'on sème
Et aujourd'hui, jour de ton deuil
Ce fut ta plus belle saison

Refrain

je ne suis peut être plus
Mais pas encore en paix
Revennue
Pour te hanter
Te voir souffrir jusqu'à ta fin
Te voir pleurer, implorer
Pour un rien
Pourquoi m'as-tu fait subri totu ça ?
Aujourd'hui le savoir ne m'interesse même plus


Refrain :
Je veux
T'électrocuter
Te saigner
T'apeurer
Te penetrer
T'emmurer
T'étouffer
T'assassiner
Te torturer
T'évicerer
Te manger
Te digerer

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antinea-rammstein.oldiblog.com
Toxic Tears
Orc Maléfique


Masculin
Nombre de messages : 355
Age : 19
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Jeu 15 Juin - 23:55

J'ai fais déja 4 tentatives...
La premiére fois et la seconde fois trés proche, a l'aide d'une corde. Sur le moment je voulais vraiment y passer...
S'en est suivit dans les mois quelques peu passé, une 3éme tentative a base de médoc...Il s'est révélé que ce soit des placebo...Pas de chance,sachant que j'voulais toujours y passer.
S'en est suivit l'hopital psychatrique. Medoc, dodo, medoc, dodo...et bouffe infecte que même un cleps sur le point de crever aux hémoroides en rutte masqué d'un double pékinois anogra refuserais de toucher avec le peu de salive qui lui resterais dans le gosier...
Bref de la merde...
Ensuite une 4éme tentative...Le jour de ma rupture en plus (ce n'etait pas un facteur pour ma décision je précise).
Bref actuellement j'ai toujours des tendance, mais je ne les met a exécution. Trop de personnes tienne a moi. Notamment ma cherie. Et étrangement j'aime énormément mon rat, et je ne pourrais pas quitter ce monde en sachant qu'il va étre triste (car donner une famille ou truc dans l'genre...)
Bref voila quoi. En ce qui concerne ma mort, j'aimerais quelque chose de simple et sans douleur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Sam 17 Juin - 1:08

C'est marrant ce que tu dis pour ton rat TT.. moi c'est en grande partie pour éviter de reperdre pied que j'ai acheté Goliath.
Je croyais m'être relativement bien tirée de mes "petits égarements psychologiques de jeunesse" (comme disait ma mère ^^) mais un jour je me suis rendu compte que ma vie était bel et bien un fardeau inutile, et que c'était pas juste une impression...
Je venais de trouver un boulot qui me plaisait pas, je n'avais personne dans ma vie, pas d'amis, pas d'amour... ma famille me regardait comme une bête curieuse ou une bombe à retardement... j'ai compris que j'allais à nouveau disjoncter et pas me rater cette fois-ci alors j'ai réalisé mon rêve de gosse ^^... et en même temps je me suis enchaînée à la réalité. Parce que personne ne l'aimera autant que je l'aime et personne ne le comprendra... alors je ne peux décemment plus partir maintenant ^^

Pour ce qui est des TS, moi j'en ai fait trois "vraies" dans ma période noire... pas par amour ou parce que ma vie n'était pas heureuse, juste parce que je ne supportais plus l'idée d'être en vie. Je sais c'est pas très facile à comprendre quand on ne l'a pas vécu... Je voulais m'échapper.. de moi-même. Ne plus me voir. Ne plus être moi. Ne plus être...
Toujours des médocs parce que je suis pas courageuse ^^ toujours ratées (vous vous en doutez lol!) parce que pas la bonne dose.. (on devrait avoir la posologie pour une guérison définitive sur les notices... ^^ parce que je vous raconte pas ce qu'on déguste quand on se plante...).
J'ai tenté de m'ouvrir les veines aussi mais c'est pas allé très loin, donc ça a juste fait mal... je classerais plutôt ça dans les appels à l'aide...
Par contre dans les vraies tentatives de suicide, je mettrais aussi tout ce qui est comportements à risques évidents, comme aller où personne ne devrait aller, avec des gens qu'on ne devrait pas fréquenter, pour y faire des choses stupides... parce qu'on se retrouve souvent pas très loin de passer de l'autre côté. Ca m'est arrivé une fois et je crois que c'était ma tentative la plus réussie... une sorte de suicide assisté... mais raté aussi... faut croire que je dois vraiment rester parmi vous ^^

Aujourd'hui ma mort je la vois en 2095 dans mon lit... ou emportée par une leucémie foudroyante dans dix ans, comme tout le monde...
Revenir en haut Aller en bas
chocomilk
Orc Maléfique


Féminin
Nombre de messages : 323
Age : 24
Localisation : la tite de Bopro dans le 49 !
Phrase fétiche : chacun son style alors respect !!!!!!!
Loisirs : m'éclater sur ce forum !! ;)
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Dim 18 Juin - 22:27

pour moi avant le suicide étais un acte de désespérence, de souffrance .... mais maintent je le voix plus comme un acte de délivrance... lorsque la vie devien trop dure a supporter.

tout les ados (a mon avi) connaisssent tous une période ou l'on a envi d'arrèter de vivre... pour moi cet période persiste encore un peu ... car trop marre de pas être né dans la bonne famille, de savoir que lon enmerde ses parents, de toujours se sentir coupable, d'être traiter par tout les noms de toujours tout faire mal.. d'être trop maladroite... que des gens qui se croit supérieure a toi te révèlle tes inperfections.... marre....marree... heureusement que j'ai cette passions pour les animaux... et puis depuis que je vous est renconterje dois avouer que je me sui un peu retrouver....
bizaremment on retrouvent toujours des animaux toi T.T c'est t'on rat... et toi Gab c'est Goliath !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocomilk44.skyblog.com/
Toxic Tears
Orc Maléfique


Masculin
Nombre de messages : 355
Age : 19
Date d'inscription : 15/06/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Dim 18 Juin - 22:56

Pour les animaux, moi j'pense en fait que c'est pas trés compliqué.
Effectivement, quand on a un animal "a soit", par exemple, un chat, un chien, un cheval, un rat, un oiseau etc...On s'attache a lui.
Et comme l'animal n'est pas un étre humain (étre vivant bien sur mais pas de la race humaine je veux dire), et bien il nous donne quelque chose que l'étre humain ne peux nous donner...
bref moi je vois ca comme sa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Lindemann
Administrateur Tout Puissant


Masculin
Nombre de messages : 3268
Age : 30
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Dim 18 Juin - 22:59

kler c exactement l'animal t'aime sans te juger et y'a des liens qui se tissent et jamais il te decevra et toi jamais tu le decevra c très fort comem relation

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antinea-rammstein.oldiblog.com
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Dim 18 Juin - 23:02

Et puis souvent on se sent inutile.. alors qu'avec un animal, c'est un peu comme avec un enfant... on peut pas s'en aller et le laisser seul, on en est responsable, du moins les gens qui s'en soucient vraiment.. mais ceux qui ne s'inquiètent pas du bonheur de leur animal ne sont en général pas assez sensibles pour trouver la vie insupportable ^^... cqfd
Revenir en haut Aller en bas
chocomilk
Orc Maléfique


Féminin
Nombre de messages : 323
Age : 24
Localisation : la tite de Bopro dans le 49 !
Phrase fétiche : chacun son style alors respect !!!!!!!
Loisirs : m'éclater sur ce forum !! ;)
Date d'inscription : 15/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Mer 21 Juin - 19:55

c'est eactement ce que je pence !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chocomilk44.skyblog.com/
punki04
Orc Maléfique


Féminin
Nombre de messages : 303
Age : 22
Localisation : loin trés loin
Phrase fétiche : je ne peut que aller au paradis,la vie est un enfer
Date d'inscription : 07/05/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Sam 12 Aoû - 21:36

Moi j'ai fais ke un tentative:
C'étais le jour de son hospitalisation (mon père)
il étais dans le comma depuis une semaine tt le onde étais désoler et en ce oment j'étais fassiner par les seringue étan dans un hopital j'en ai pris d'abort j'ai fumer 7 ou 8 clopes aprés j'ai vue une droguer ki ce piker o LSD j'sava&is ke c'étais pa daguereux alor me suis piker et pendent mon tripe (6 heures!) j'ai commen c a me fider de mon sang ju'ske ce kon e troue et aprés trou de émoir c jamais revenu c'été ya un an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.punki04.skyblog.com
leaamoi
Graphiste


Féminin
Nombre de messages : 1133
Age : 35
Localisation : forbach
Phrase fétiche : c la vie pas le paradis
Loisirs : ma fille, le net, mes ami(e)s,les films, lire , la bonne musique
Date d'inscription : 13/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Mer 20 Sep - 2:11

c'est dur parfois c'est sur......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nanaforbach.skyblog.com/
Amparo
Carassius auratus auratus


Féminin
Nombre de messages : 41
Age : 27
Localisation : Accoudée au comptoir de l'Irish Rover...
Phrase fétiche : Bordel de merde !
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Mer 20 Sep - 15:58

Tout à fait d'accord quant au droit de mourir...Cela nous rapproche du débat sur l'euthanasie car, si vous n'aviez pas les moyens physiques pour mettre votre désir à exécution, pourrait-on, serait-ce moral de vous achever comme vous le demandez ?

Bref, c'est un autre débat, quoique parallèle à celui-ci...

Quant à moi, j'ai parfois eu l'envie de tout foutre en l'air, marre de ma vie, de mes vieux, de ma prison dorée, de l'inaction, de la monotonie des jours qui passent, tous semblables, si pleins d'ennui...Mais je ne suis jamais passée à l'action...Manque de courage, peut-être ? Ou je me disais, dans ces moments-là de mélancolie, que le monde était vaste, qu'il y avait tellement de choses à vivre, que je ne devais pas juger la vie sur ces quelques années de merde...Que c'était autre chose...

Maintenant, quand j'en ai bien marre, je repense au vaste monde et je me dis que quoi qu'il m'arrive, je m'en sortirai...Je partirai un bout plus loin...Je changerai de ville ou de pays...Et je suis sûre que l'on peut trouver son bonheur dans notre vaste monde !

Voilà, j'ai réussi à être un peu plus optimiste, quoi ! Et j'essaie de le rester en toute situation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
darkness
Pèlerin des Montagnes


Masculin
Nombre de messages : 563
Age : 25
Localisation : dans mon rêve
Phrase fétiche : aucune j'ai jamais de chance
Loisirs : la music, les différente culture
Date d'inscription : 17/07/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Sam 23 Sep - 11:49

eu ben pour ma part je suis pas si optimiste je suis plutot dans mon monde car personne narive a me comprendre et defoit j'en et vraiment marre de ma vie que oui defoit defoit j'ai fallit tout foutre en l'aire sa mes arriver une fois je croit (eu c'était pour une fille :yeux: ) ou defoit juste me faire mal pour que la douleur me fasse oublier ma peine qui me ronge mais je pence que notre vie nous appartien et on na le droit dans faire ce qu'on veut sa regarde que nous et je pence que les religieus qui interdise sa sont vraiment des gros crétin mais aprés sa c'est leur probleme et leur croyance je suis pas du genre a me méllé de leur affaire du moment qui ne manbéte pas mais bon d'un côté je pence que c'est un peu béte d'en finir mintenant car la vie et courte et la mort et éternel
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amparo
Carassius auratus auratus


Féminin
Nombre de messages : 41
Age : 27
Localisation : Accoudée au comptoir de l'Irish Rover...
Phrase fétiche : Bordel de merde !
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Sam 23 Sep - 21:41

Le problème est là : vivre une existence de m... ou se suicider sans savoir ce qu'il y a après ?
Tu parles d'une mort éternelle...
1. Ce qui est éternelle n'a ni début ni fin...La mort commençant après un arrêt des fonctions vitales, elle n'est pas éternelle...
2. Et puis cela relève plutôt de la conviction personnelle qu'autre chose...

Mais si l'on meurt, rien ne prouve que cela va arranger quoi que ce soit, que l'on se réincarnera ou ira ailleurs...Cela reste donc un acte "imprudent" puisqu'il n'y a aucune certitude, seules des croyances...

Bref ! Cela reste mon humble avis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Mar 26 Sep - 18:59

Il me semble que darkness voulait dire "infinie" et pas "éternelle"... mais tout le monde avait compris le sens de ses paroles je pense ^^
De plus je ne trouve pas que dire que la mort n'a pas de fin relève d'une croyance personnelle... à moins que tu n'aies vu des gens mourir temporairement... lol!

Quant à se suicider dans le secret espoir de se réincarner ou d'aller au paradis... je trouve ça "imprudent" c'est vrai ^^... mais souvent les gens se donnent juste la mort pour arrêter de vivre... et là... 100% de ceux qui ne se sont pas ratés on réussi à arranger leurs affaires comme tu dis ^^...


Dernière édition par le Mer 27 Sep - 19:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Amparo
Carassius auratus auratus


Féminin
Nombre de messages : 41
Age : 27
Localisation : Accoudée au comptoir de l'Irish Rover...
Phrase fétiche : Bordel de merde !
Date d'inscription : 14/09/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Mer 27 Sep - 16:26

Non, je n'ai vu personne mourir temporairement....
Et comment aurais-je pu, étant donné que cela n'appartient guère au monde des vivants ?
Ce que je veux dire, c'est que la mort peut être finie...Ou pas ! Nous pouvons très bien être dans un état de vide, de néant, avant de renaître ou de passer à un autre plan d'existence !

Tout cela reste des suppositions puisque nous n'en savons à peu près rien !

Quant aux 100% dont tu parles, tu crois que leurs affaires sont vraiment arrangées ? Ils sont morts, d'accord, et on leur fout la paix. Mais les problèmes resteront derrière (genre : les dettes, les relations qui vont mal, etc...), tout comme les proches qui souffriront...

Mais enfin, on ne peut empêcher personne de se suicider...On peut peut-être aider les gens à surmonter leurs souffrances, leurs obstacles, mais si ces derniers ne tiennent pas à la vie, n'en apprécient pas le goût (sucré ou amer), eh bien cela devient une affaire personnelle. Voilà. On a le droit de se suicider...On peut se foutre en l'air, c'est légal...

Et je répète, cela reste mon humble avis...Si vous n'êtes pas d'accord, ok, mais ne m'agressez pas pour autant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Mer 27 Sep - 19:31

Quand je dis "arranger leurs affaires" c'est uniquement dans le sens où lorsque l'on a fui ses problèmes on n'a plus à les affronter quotidiennement... à moins de partir sur la possibilité de l'existence des revenants, de la damnation éternelle (oups ^^) etc... parce qu'évidemment, au regard de la religion (chrétienne en tout cas, pour les autres je ne sais pas), le suicide est interdit.
Cela dit je ne suis absolument pas pour ce genre de règlement définitif des problèmes ^^...

Et ne te fais surtout pas de soucis Amparo ^^ ce n'est vraiment pas dans les habitudes des membres du Dark Refuge d'agresser les gens pour divergences d'opinion ^^ nous sommes une communauté tout ce qu'il y a de plus pacifique ;)
Revenir en haut Aller en bas
Miss Lindemann
Administrateur Tout Puissant


Masculin
Nombre de messages : 3268
Age : 30
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Mer 27 Sep - 19:36

amparo don't worry on t'agresse pas du tout je te le jure juste tout le monde donne son avis et c'est vrai qu'on peut le prendre parfois contre une attaque personnelle (ça m'est déjà arrivé) mais en fait c'est juste un echangez de point de vue et ça doit rester sur cette note.

la meilleure definition du suicide reste celle faite par Durkheim :

pour lui Le suicide est une étude d'après des documents statistiques qui commencent à se multiplier. Durkheim s'aperçoit que la notion même de suicide est difficile à définir parce qu'elle recouvre un même phénomène dont les causes peuvent être très différents.

En comparant l'évolution des taux de suicide des divers pays, Durkheim s'aperçoit que ceux-ci sont fonction des groupes sociaux. Il en conclut que le suicide est un fait social, indépendant de chaque décision individuelle. Restaient alors à découvrir les facteurs sociaux en cause. Se livrant à des analyses que l'on a depuis perfectionnées et que l'on appelle aujourd'hui multivariées, Durkheim isole tout à tout les divers facteurs : sexe, état-civil, religion, pour en mesurer l'importance. Il est également le premier à avoir utilisé la "variable intervenante", c'est-à-dire le facteur non compris dans une statistiques, mais que l'on soupçonne d'agir, et dont il faut trouver un indice révélateur mesurable. C'est le cas par exemple de la cohésion sociale, qui n’apparaît dans les documents administratifs et que Durkheim recherche à travers les taux de divorce, etc.

Posant alors le problème des degrés d'intégration à la société, il découvre la notion d'anomie" qu'il rendit célèbre et que l'on peut définir comme l'état de trouble, d'absence d'intégration sociale qui fait suite au dérèglement des besoins par rapport aux possibilités qu'offre la société de les satisfaire.
Ce sont ces innovations, les scrupules et l'extrême conscience avec laquelle sont exploités les chiffres de cette étude, malgré ses imperfections, qui ont permis de considérer Durkheim comme le premier grand sociologue empirique.


pour ceux qui veulent encore plsu comprendre la philosophie de durkheim :

« ...considérer les faits sociaux comme des choses... »

L'étude du fait social en tant qu'objet n'a pas pour intention de le ramener à un sujet purement matériel mais plutôt de lui donner une forme concrète afin d'éviter un glissement vers une sociologie spontanée et subjective. Il faut avant tout définir le fait social objectivement pour donner une légitimité à son étude, le distinguer de l'idée.

Le fait social est toutefois difficile à déterminer, c'est pourquoi Durkheim énonça certaines constantes permettant sa mise en évidence et son étude.

Tout d'abord, les faits sociaux sont extérieurs à l'individu et doivent être expliqués « par les modifications du milieu social interne et non pas à partir des états de la conscience individuelle » afin de ne pas confondre les faits sociaux avec d'autres variables telles que la psychologie du sujet, son contexte familial, culturel, etc.

Afin de rendre compte d'un fait social absolument pur, on utilise les statistiques qui permettent de neutraliser les variations entre individus et finalement d'étudier une moyenne qui pourtant ne sera pas apparente dans la société, cela à cause des variables précédemment citées. Le fait social représente donc « un certain état de l'âme collective ».

Un autre critère permettant de définir le fait social est son caractère contraignant, il s'impose à l'individu et non le contraire. Il correspond à un système de normes établies pour et par la société et n'est que rarement modifiables autrement que par un bouleversement social ; l'homme acquiert nombre d'entre elles dès le début de son éducation et tend à en intérioriser une grande partie. L'éducation détient le rôle d'institution socialisatrice par excellence, elle fait de l'enfant un être social. Puisque présent dès l'enfance, le caractère contraignant des faits sociaux se fait moins évident et devient une habitude: c'est le principe de socialisation.

On peut toutefois mettre en évidence cette notion de contrainte grâce aux institutions, celles-ci étant antérieures à chacun d'entre nous donc légitimes, et aux sanctions qu'elles infligent. Elles peuvent être directes ou indirectes mais dans tous les cas, elles ne cessent de rappeler à l'individu que ce sont les faits sociaux qui s'imposent à lui et non le contraire.

Un vol, par exemple, peut être puni par une peine de prison mais il existe également des sanctions moins manifestes et le phénomène de la mode est l'un des cas les plus explicites : si un individu décide de porter une botte autour du cou, les moqueries et les regards amusés de son entourage constitueront une sanction à ce non-conformisme bien qu'il ne soit pas contraire à la loi.

Les deux principales caractéristiques d'un fait social sont donc son caractère collectif et contraignant : « Bien loin qu'ils soient un produit de notre volonté ils la déterminent du dehors ». Emile Durkheim propose cette définition : les faits sociaux "consistent en des manières d'agir, de penser et sentir, extérieures à l'individu, et qui sont douées d'un pouvoir de coercition en vertu duquel ils s'imposent à lui"

Finalement, Durkheim définit le fait social comme suit:

« Est fait social toute manière de faire, fixée ou non, susceptible d'exercer sur l'individu une contrainte extérieure; ou bien encore, qui est générale dans l'étendue d'une société donnée tout en ayant une existence propre, indépendante de ses manifestations individuelles. »

Un point important de l'étude sociologique est l'objectivité du sociologue: Comment étudier un objet qui dès le départ conditionne l'observateur ? L'observation doit être le plus impersonnelle possible mais ne le sera jamais parfaitement. C'est pourquoi la méthode de Durkheim s'appuie sur la comparaison plutôt que sur l'étude d'un fait social pris indépendamment: le fait social sera étudié en fonction des autres faits sociaux et non en fonction de la personne qui l'étudie.

Durkheim a été vivement critiqué dans sa tentative d'établir la sociologie comme une science. Certains ont considéré sa définition du fait social comme une vision minimaliste du monde réel. D'autres, comme Robert K. Merton, voient dans les hypothèses de Durkheim « une orientation [qui] ne fournit qu'un cadre très large à l'enquête empirique ».

Une des affirmations de Durkheim a suscité l'incompréhension chez ses contemporains : dans Les règles de la méthode sociologique, il déclare que le crime a une fonction dans la société et qu'il est par conséquent normal.

Un fait social est normal pour un type social déterminé, considéré à une phase déterminée de son développement, quand il se produit dans la moyenne des sociétés de cette espèce, considérées à la phase correspondante de leur évolution.

Bien qu'il soit non-conforme aux normes sociales, il est présent dans toutes les sociétés, ce qui fait de lui un phénomène normal. De plus, « le tort qu'il fait à la société est annulé par la peine, si elle fonctionne régulièrement ». Il est donc possible de juger le bon fonctionnement d'une société selon la répression exercée sur les crimes.

Durkheim fut également accusé de déterminisme après la publication de ses théories. En effet, quelle liberté reste-t-il à l'homme dans une société aussi contraignante que celle qu'il décrit? Quelle place accorder au libre arbitre?

Alors que Durkheim tentait d'expliquer les phénomènes sociaux à partir des collectivités, un de ses contemporains, Max Weber, étudiait une toute autre approche de la sociologie, parfaitement à l'opposé du holisme de Durkheim. Pour Weber, en effet, « l'action humaine [est] orientée significativement par rapport à autrui », et les phénomènes sociaux s'expriment à travers l'individu. Alors même que la sociologie en tant que telle venait d'apparaître, deux tendances extrêmes voyaient déjà le jour : le holisme de Durkheim (très critiqué par Raymond Aron) et l'individualisme de Weber, l'opposition entre les structures sociales et le jeu des acteurs dans les phénomènes sociologiques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antinea-rammstein.oldiblog.com
dark angel
Carassius auratus auratus


Féminin
Nombre de messages : 4
Age : 23
Date d'inscription : 02/07/2006

MessageSujet: suicide   Dim 15 Oct - 19:13

[b]moi je pence que le suicide est une bonne méthode pr mettre fin a tout nos problèmes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Dim 15 Oct - 20:09

Ca c'est sûr... mais du même coup on risque de rater tout un tas de trucs bien aussi... ou pas ^^
Revenir en haut Aller en bas
lost-girl
Carassius auratus auratus


Féminin
Nombre de messages : 78
Age : 27
Localisation : à l'autre bout du mondeuhhh
Loisirs : dormir,guitare et redormir ^^
Date d'inscription : 21/06/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Dim 15 Oct - 21:55

C'est peut être une solution mais c'est la plus arrangeante pour les autre je préfère vivre pour énerver un max de monde avant de mourir ^^
une philosophie de vie un peu différentes ^^
ce serait dommage de mourir pour faire plaisir aux gens qui ne nous aiment pas
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Dim 15 Oct - 22:02

Entièrement d'accord avec toi Lost-Girl !!!
Revenir en haut Aller en bas
elvilust78
Carassius auratus auratus


Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 24
Localisation : Yvelines
Phrase fétiche : La vie n'est qu'un rêve
Loisirs : Balltrap et Tir à l'arc
Date d'inscription : 21/10/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Sam 21 Oct - 14:03

Ptit poème :

J'ai le morale à terre
Ne me renvoie pas dans cette enfer.
Que vais-je y faire ?
Sinon m'assoir et me taire .

Je voudrais tant laisser couler mes larmes .
Mais qui pourais-je blesser, avec t-elle armes ?
Je voudrais tant fuir se vacarne.
Mais à qui pourais-je faire entendre cette alarme ?

Je veux juste que l'on me laisse mourir.
Que dans un trou on me laisse pourrir.
Je n'ai plus envie de souffrir.
PLus envie de courir.

Je veux seulement arrêter.
Ne plus respirer.
Me laisser flotter.
Et tranquillement m'éloigner.

M'éloigner de vous pour me rapprocher de lui.
Lui qui me fuit.
Lui qui depuis longtemps hante mes nuits.

A travers toutes ses insomnies, j'ai enfin découvert se qui me nuit ,
C 'est la Vie ...




Voici en kel ke mot ma vie , ma pensée et mon désir de mourir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Miss Lindemann
Administrateur Tout Puissant


Masculin
Nombre de messages : 3268
Age : 30
Date d'inscription : 11/04/2006

MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Sam 21 Oct - 14:58

je ne dirai qu'une chose : c'est très bo

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antinea-rammstein.oldiblog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Suicide : droit à mourir ?   Aujourd'hui à 10:43

Revenir en haut Aller en bas
 
Suicide : droit à mourir ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» transformer un jack droit en jack coudé?
» droit de réponse
» A-t-on le droit de ne pas aimer Mozart ?
» Soirée Brainful Suicide au Klub de paris le 11 Mai 2007
» Une musique peut elle pousser au suicide?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
le Dark Refuge :: Entrez dans le Dark Refuge... :: Etats d'âme...-
Sauter vers: